Notre place dans la société

Introduction

Le regard qu'on pose sur nous

Les personnes âgées encore ciblées

Il existe beaucoup de mythes et de stéréotypes sur les personnes âgées. C’est aussi vrai pour tout autre groupe marginalisé : les femmes, les minorités ethniques, raciales ou sexuelles, les personnes ayant un handicap, les immigrants et ainsi de suite. Mais alors que les blagues ou commentaires sexistes, homophobes et racistes sont désormais considérés inacceptables et sont enfin bannis de l’espace public, les personnes âgées constituent encore de très bonnes cibles.  Et cela est toléré et même considéré anodin y inclus par les personnes âgées elles-mêmes. Mais d’abord quelques définitions afin de bien situer le contexte.

Mythes et stéréotypes : définitions

Un mythe est une affirmation absolument fausse. Par exemple, le mythe comme quoi l’autisme serait causé par le vaccin contre la polio ou par l’attitude des parents. C’est archi-faux; c’est un mythe, une légende à jeter aux poubelles et oublier pour toujours.

Le stéréotype est plus subtil car son point de départ est souvent en lien avec la vérité. Le stéréotype, c’est quand on prend une caractéristique présente chez certains membres d’un groupe et qu’on la généralise à tous les membres du groupe. Dans le cas de l’autisme, ce pourrait être l’idée que les autistes ne regardent jamais les gens dans les yeux. Certains autistes ont cette caractéristique mais plusieurs n’ont pas de problème de communication. Si on affirme « Les autistes ne regardent pas les gens dans les yeux » il s’agit d’un stéréotype.

Les stéréotypes ne sont pas toujours négatifs, il y en a qui sont relativement inoffensifs ou même quelquefois positifs (par exemple, l’idée que les enfants asiatiques travaillent toujours bien à l’école). Bien entendu, les pires stéréotypes sont ceux qui sont péjoratifs -ce sont alors des préjugés- ou qui enferment le groupe concerné dans un rôle limitatif. Par exemple, celui qui dit les femmes sont intuitives…et donc, elles ne seraient pas adaptées aux fonctions où un esprit rationnel est requis.

Les médias -et même ceux qui s’adressent aux personnes âgées- fourmillent de mythes et stéréotypes sur les seniors. Nous les entendons tout autour de nous; quelquefois nous les intégrons dans notre propre subconscient et nous les resservons à d’autres. Vite, si vous lisez la phrase : « Le conducteur du premier véhicule, un octogénaire, a subi des blessures mineures », qu’est-ce que vous vient tout de suite à l’esprit? Que l’octogénaire était probablement responsable de l’accident?

La plupart des stéréotypes et mythes que nous entendons sur les personnes âgées sont péjoratifs. En général, ils traduisent la peur et le refus de la vieillesse mais aussi un désir d’exclure les personnes âgées de l’ensemble de la société, tout comme pour les immigrants, les minorités raciales ou sexuelles, etc.  En voici quelques exemples, parmi les plus fréquents.

  1. La majorité des personnes âgées conduit mal la voiture automobile.
  2. Les aînés sont conservateurs et font obstacle au progrès.
  3. Les séniors résistent aux nouvelles technologies.
  4. Les personnes âgées sont indifférentes aux grands enjeux de la société et en particulier aux questions environnementales.
  5. Les vieux sont fragiles, vulnérables et dépendants.
  6. Ils sont tristes et regrettent le passé.
  7. Le vieillissement de la population va épuiser notre système de santé.
  8. Les employés plus âgés ne s’adaptent pas facilement à de nouvelles façons de faire.
  9. Etc.

Plusieurs de ces affirmations sont des stéréotypes mais se pourrait-il que ce soit en fait des mythes? C’est-à-dire, faux, faux, faux? Au fil des semaines, je vous reviendrai sur certaines de ces affirmations. Il importe de prendre conscience de ces stéréotypes et mythes et de les combattre car ces idées modulent la vision de l’ensemble de la société sur ses aînés.

L’âgisme

Dans cette section, je traite aussi d’âgisme. L’âgisme c’est ce qui arrive quand les actions et attitudes des gens envers un groupe sont déterminées par un ensemble de stéréotypes et de préjugés. On pourrait dire que c’est de la discrimination contre les personnes âgées. Par exemple, le fait que les travailleurs plus âgés soient presque invariablement poussés vers la retraite alors qu’il n’y a rien qui les y oblige. Le fait que c’est difficile pour un travailleur de plus de 50 ans de se replacer ailleurs.

On a beaucoup parlé dernièrement de racisme systémique contre les Noirs aux États-Unis ou contre les autochtones au Canada. Peut-on affirmer qu’il existe un âgisme systémique (c’est-à-dire mis en place et maintenu par les institutions) dans notre société? Je ne le sais pas et je ne crois pas que quiconque se soit penché sur la question jusqu’à présent. La question de déterminer s’il s’agit d’âgisme systémique n’est sans doute pas cruciale à ce débat. Toutefois, on est bien forcés, quand on y regarde de plus près, de constater que cet âgisme est omniprésent dans la société, dans le regard des autres sur nous. On s’en reparle.

Articles

Une balade en CHSLD

Les CHSLD ne sont pas si pires qu'on le dit: commentaires sur deux livres qui portent sur les CHSLD

Lire l'article

Des malentendus qui se ressemblent

Des malentendus similaires ont influencé les idées sur le vieillissement et sur la ménopause

Lire l'article

Rester pertinents

Une réplique à la question « Comment on fait pour rester pertinent à 80 ans? »

Lire l'article

Âgisme et rectitude gérontologique

Des méfaits de l'âgisme et de la rectitude gérontologique

Lire l'article

Quels mots pour parler de nous?

Comment parler de la vieillesse dans un monde de rectitude politique

Lire l'article

Sleepy Joe

Trop vieux pour être à la tête d'un pays?

Lire l'article

Sleepy Joe

Une histoire de cheveux gris

Commentaires sur le livre Une apparition de Sophie Fontanel

Lire l'article

Une histoire de cheveux gris